Expos/Evénements : Total Polar * Une vie de pagne * Aux quat'zamis (Pascale de Villers * Marianne Berenhaut * Roby Comblain * Walter Swennen) * Pol Kools * Art y Show 2004 * Images d'aveugles * Entre Mots : la collection * Colette et la Belgique Rencontres : Oser la création * Je l'aime bien, cette femme là (avec Hubert Nyssen) * Colette et la Belgique (avec Jeanne Augier)

 

Du 24 au 25 janvier
Total Polar
Un festival des littératures policières à Bruxelles !

Au programme :

La première journée à débuté par la remise publique des prix du concours de nouvelles policières organisé par la RTBF-radio (La Première) ; l'après-midi à été consacrée aux rencontres et interviews avec des auteurs invités et la soirée s'est terminée par un repas convivial et gastronomique en hommage à Pepe Carvalho et a son auteur trop tôt disparu Manuel Vázquez Montalbán.

Les interviews publiques, menées par des professionnels, journalistes et animateurs spécialisés, ont donné l'occasion au public d'entrer dans l'univers littéraire de Patrick RAYNAL, directeur de la Série Noire, Jean-Bernard POUY, créateur du Poulpe, Didier DAENINCKX, Sylvie GRANOTIER, Dominique MANOTTI, Fred VARGAS, Frank PAVLOFF, Pascale FONTENEAU, Claude Mesplède (coordinateur de l'Encyclopédie des littératures policières), Barbara ABEL

La deuxième journée s'ouvrit avec un brunch-débat, avec la participation de tous les auteurs, sur la place de la littérature policière dans le vaste monde de la fiction… Le débat était animé par Paul Aron, professeur à l'ULB et passionné de littérature policière.

Enfin, le festival se clôtura par la proclamation des résultats et la remise des prix du concours de nouvelles policières « Total Polar », destiné aux asolescents et mis sur pied par la Maison du Livre.

Henri Vernes, parrain du concours, était des nôtres et remis personnellement leurs prix aux lauréats !

Pendant toute la durée du Festival, le public avait accès en permanence au bar et à la librairie, assurée par Polar & Co , ainsi qu'à des casques d'écoute permettant l'audition de nouvelles policières mises en ondes par la Première.

 

Et aux cimaises…

 

L'image du polar
Des organisateurs du Festival, collectionneurs obsessionnels s'il en est s'étaient délestés de leurs trésors. Les visiteurs ont pu ainsi découvrir comment l'image du polar se décline dans divers médias (publicité, bande dessinée, affiches de cinéma), gadgets, etc…

© La Poursuite. William Henne. Ed. La cinquième couche

 

La littérature noire et la BD indépendante
Exposition inédite de planches originales de la série Le Poulpe, La poursuite,…
Notamment les planches de William Henne pour La Poursuite (Ed. La cinquième couche).

 

 

Du 5 mars au 3 avril
Une vie de pagne

Dans de nombreux pays d'Afrique, le pagne constitue l'élément de base de l'habillement. Le pagne est un « pan », un bout, un vêtement d'étoffe ou de feuille, qu'on ajuste, que l'on noue autour des reins et qui sert de culotte ou de jupe. Drapé autour de la taille, il couvre le corps des hanches aux genoux. Rectangle de tissu de 1 m 20 sur 2 m environ, le pagne d'aujourd'hui a de multiples emplois : culotte, jupe, porte-bébé, couverture, linceul, couvre-chef, etc. Il est aussi instrument de transmission de messages : proverbes, motifs particuliers, convictions politiques ou religieuses peuvent y être représentés.

L'exposition replaçait le pagne moderne dans une perspective historique, économique et socio-culturelle et rassemblait près de 260 photographies, certaines d'époque et provennant des archives du Musée Royal d'Afrique Centrale (Tervuren), des Archives et Musée de la Littérature, de l'Ambassade du Congo et de femmes congolaises appartenant à des sociétés d'élégance. D'autres, récentes ont été réalisées par José Bomper, photographe congolais dans le quartier de Matonge à Ixelles.

De nombreux thèmes étaient illustrés, parmi lesquels : la nudité parée - le tissu en écorce battue - le tissu en raphia - le tissage du coton - le tye and dye - le batik - le wax : la technique - l'introduction du wax print en Afrique - l'introduction du wax au Congo - le fancy : la technique - la production du fancy en Afrique et au Congo - le kanga d'Afrique de l'Est - les motifs - le langage des motifs - l'évolution du port - Kinshasa, la ville - l'évolution de la femme kinoise - les miziki, sociétés d'élégance - ce que l'on peut faire avec un pagne - Matonge, le marché du wax...

L'exposition comprenait des tissus, ainsi que des objets d'origines diverses servant à leur fabrication : tampons pour le batik, petits métiers à tisser, tissus anciens en écorce et en raphia, tissu en coton artisanal et tissus modernes, bijoux etc.

A l'occasion du vernissage : Défilé de mode africaine en musique et au gré des explications thématiques de Césarine Bolya Synatu, la conceptrice de l'exposition.

 

Dans le cadre de l'exposition :

Animations scolaires :

Initiation au port du pagne

Initiation à l'art des réserves
(technique artisanale de teinture des tissus)

Conférences :

16 mars à 20h
Le pagne dans la chanson congolaise moderne

1er avril à 20h
Présence des Blancs et de l'Europe dans les chansons congolaises

 

Le projet "Une vie de Pagne" a été réalisé par Césarine Sinatu Bolya, coordinatrice de Mémoires Vives Congo Afrique, en partenariat avec Coopération par l'Education et la Culture, et avec le soutien de Africalia, du Musée Royal d'Afrique Centrale, des Archives et Musée de la Littérature et Musicanova, avec l'appui de la Communauté française de Belgique.

 

Dans le cadre du Parcours d'Artistes de Saint-Gilles :

 

Du 7 au 29 mai
Aux quat'zamis
[Pascale de Villers * Marianne Berenhaut * Roby Comblain * Walter Swennen]

Dessins, peintures, installations.

 

Dans notre Belgique définie par certains comme « Un pays d'irréguliers », Pascale de Villers a toujours dessiné en se jouant des mots, détournés de leur sens commun, afin d'en restituer graphiquement toute la poésie et l'humour corrosif. Poésie et humour qui caractérisent également les œuvres de ses amis sculpteurs et peintres, Marianne Berenhaut, Roby Comblain et Walter Swennen.
Commissaire d'exposition : Ana Lanzas.


Diaporama de la série "Papes, ô papes"

 

et du 7 au 23 mai :

 

Pol Kools

L'ail, il en a. Moi, Pol à Rome ? Lord révolté être bi, le verbe m'a dénudé, malin servi. La rue du palindRome ne mord ni la pudeur à livres ni l'âme d'une dame, brève liberté et lover drôle, moral opiomane lilial.

Pol Kools a exposé ses palindromes*, notamment Le palindrome de Saint-Gilles, peut-être le plus long qui ait jamais été écrit à ce jour.

*mots ou groupes de mots qui peuvent se lire de gauche à droite et vice-versa.

Edmundo Solari
Sculpture

Ariane Bosquet
Peinture

 

Du 25 juin au 2 juillet
Art y Show 2004
Exposition des travaux réalisés aux stages et ateliers organisés par La Maison du Livre

 

 

Du 9 au 18 septembre
Images d'aveugles
des tombes égyptiennes … à la bande dessinée : les représentions littéraires de la cécité

Etranges, fascinants, émouvants, les aveugles hantent les sentiers de l'imaginaire depuis la nuit des temps. Ils prennent les traits de figures mythiques comme Œdipe, Tirésias ou Homère, de héros bibliques tels que Samson. Les grands maîtres de la peinture et de la littérature ont donné à la cécité des visages inoubliables : Bruegel l'Ancien, Rembrandt, Georges de La Tour, Louis David, Victor Hugo, Baudelaire, Charles De Coster… Les aveugles illuminent même les écrans de cinéma, dans Les lumières de la ville de Charlie Chaplin ou Parfum de femme de Dino Risi…

Ces personnages singuliers présentent de multiples facettes : tragiques ou comiques, candides ou malfaisants, objets de moquerie ou de pitié, symboles d'ignorance ou de clairvoyance, inspirant fascination ou rejet, effroi ou compassion… En façonnant ces images d'aveugles, les artistes ont souvent fixé l'idée que les voyants se font dans la cité, plutôt que la réalité vécue par les handicapés de la vue.

La bande dessinée, mode d'expression populaire en prise directe avec notre temps, constitue le fil conducteur de l'exposition. La confrontation de cet art très contemporain avec des œuvres de toutes les périodes de l'histoire montre clairement la survivance de stéréotypes parfois très anciens, remontant aux traditions mythiques. Toutefois, loin de donner un simple échos de ces traditions, les auteurs de BD les ont réinterprétées et parfois réinventées avec une créativité surprenante.

Un CD-audio reprenant une anthologie de textes littéraires relatifs à la cécité et réalisé par la Ligue Braille était mis à disposition des visiteurs dans une chambre d'écoute occultée au sein même de l'exposition.

L'exposition était produite par la Ligue Braille, et enrichie par l'équipe de La Maison du Livre de citations et extraits littéraires.

Le vernissage était suivi à 20h d'une conférence illustrée de projections sur les représentations de l'aveugle en littérature et dans la BD par Bruno Liesen, historien, collaborateur à la Ligue Braille.

 


Du 7 au 30 octobre
Entre Mots : La Collection

 

Automne 1998, un atelier d'écriture, ouvert aux Saint-Gillois, réunit un groupe d'apprenants et de lettrés à la Maison du Livre pour écrire des textes, les lire à haute voix et les diffuser en les placardant sur les murs, en les glissant dans les boîtes aux lettres, en jouant les reporters sur le parvis… Ils appellent ça « faire les Indiens » !

Depuis 1999, tous les mercredis soirs, ces treize adultes se retrouvent aux « Ateliers de la Banane », Centre d'Expression et de Créativité bruxellois. L'atelier, coordonné et animé par Mariska Forrest , se veut à la fois un laboratoire de productions artistiques et de mise en œuvre de projets collectifs.

Au départ, l'intention est de cartographier le quartier en expérimentant l'écriture et les arts plastiques. Initiatrice du projet « Cartographie de quartier », Karyne Wattiaux, pédagogue en alphabétisation, contacte différents auteurs qui souhaitent prendre part à cette aventure de création collective. : Chantal Myttenaere, Laurence Vielle, Vincent Marganne et Veronika Mabardi rejoignent le groupe selon leur disponibilité et les besoins du projet. Durant des périodes de 4 mois à 1 an, ces intervenants travaillent en trio avec Karyne Wattiaux et Mariska Forrest , plasticienne.

En septembre 2002, un week-end au vert permet d'ébaucher de nouveaux défis : la réalisation d'un film documentaire et d'une collection de livres individuels, des récits illustrés, destinés à des lecteurs adultes confirmés et accessibles aux lecteurs apprenants.

Le défi à relever se résume ainsi: Comment construire collectivement des livres individuels ? Riches de l'expérience accumulée, les participants disposent déjà de textes écrits et de matériel en arts plastiques. Seule contrainte imposée : le format du livre, soit 19 cm X 19 cm .

Pour vous faire partager toutes les étapes de ce voyage au cœur de la création, Les Ateliers de la Banane et La Maison du Livre sont fiers de vous présenter, en primeur, les travaux, croquis, photos, maquettes, textes et planches originales qui ont conduit à l'édition des 10 premiers livres de la Collection Entre Mots.

Les livres sont une co-édition des Ateliers de la Banane et de Lire et Ecrire Bruxelles.

 

 

Jeudi 14 octobre
Dans le cadre de la Fureur de Lire et de l'exposition Entre Mots
Oser la création

Rencontre avec les auteurs, les écrivains, les éditeurs et les « postfaciers » de la collection.

Projection du film documentaire "Entre Mots", réalisé et produit par la chaîne de télévision française "Demain".

Dialogue avec les auteurs : Jackie Mimbay, Dominic Lauthe, Mimount El Harkachi, Farida El Kabbabi, Maria Navarro, Christiane Demey, Suzane Brumioul-Vanina, Pascale Vandegeerde, Dominique Page et Marina Puissant, qui nous donneront quelques exemples de processus de création.Extraits choisis de textes mis en lecture par Vincent Margane, Véronika Mabardi, Françoise Deppe et Carmelo Virone.

 

Du 17 novembre au 18 décembre
Colette et la Belgique

A l'occasion du 50ème anniversaire du décès de Colette, et en collaboration avec Convaincre International.

 

Colette la romancière. Colette la journaliste. Colette la sulfureuse. Colette l'académicienne… On croit tout connaître de Colette parce que son nom a franchi les barrières du temps et de l'oubli. Pourtant, combien de personnes savent-elles qui est réellement Colette ?

Par notre exposition, nous avons tenté de mieux faire connaître cette grande romancière à travers l'éclairage bruxellois et belge de sa vie et de son œuvre. Car, dans le foisonnement des manifestations marquant le cinquantième anniversaire du décès de Colette, la Belgique et Bruxelles constituent autant d'éléments incontournables pour comprendre vraiment qui sont la femme, la romancière, l'académicienne…

 

Dans le courant du 19 ème siècle, la famille maternelle de Colette a joué un rôle particulièrement actif dans la vie artistique et journalistique bruxelloise. « Sido », cette mère qui influença tellement Colette que celle-ci lui a consacré un livre, a passé toute sa jeunesse à Bruxelles. A une époque où la romancière sulfureuse mais déjà célèbre divisait les bien-pensants et les libertaires de son époque, l'Académie française lui fermait frileusement ses portes, tandis que l'Académie Royale Belge… lui ouvrait les bras.

Colette et la Belgique, c'est aussi une correspondance amicale et abondante avec la Reine Elisabeth de Belgique, ce sont aussi des spectacles marquants sur les scènes bruxelloises…

C'est finalement une longue histoire d'amour à laquelle Jean-Jacques Gailliard, dont l'Académie saint-gilloise porte le nom, contribuait en réalisant dessins et croquis à l'enterrement de la vieille dame du Palais Royal. « Colette et la Belgique », c'est enfin le remarquable livre écrit récemment par Jeanne Augier.

De la mi-novembre à la mi-décembre, Colette a donc été notre invitée. Photos, peintures, dessins, textes, objets… ont révélé cette femme, romancière et journaliste, qui, bien avant les autres usa de et utilisa le langage de tous ses sens

Avec le concours efficace du Musée Colette à Saint-Sauveur, des Archives et Musée de la Littérature, de Nicole Bonnet-Malige et de l'Académie Royale de Belgique.

 

Rencontres autour de Colette

 

15 décembre
"Je l'aime bien, cette femme là"
par Hubert Nyssen,

Successeur de Colette à l'Académie Royale de Langue et de Littérature française de Belgique, romancier, essayiste, fondateur des éditions Actes Sud, Hubert Nyssen a évoqué pour nous son rôle à l'Académie, son parcours d'écrivain et son métier d'éditeur, le chemin qu'il a suivi pour arriver au fauteuil de Colette, occupé avant lui par Alain Bosquet, Jean Cassou, Jean Cocteau… sans oublier d'évoquer sa tendresse toute particulière pour Colette.

 

7 décembre
Table ronde : « Colette et la Belgique »
Autour du livre de Jeanne Augier, « Colette et la Belgique », (Editions Racine, 2004) ; avec quelques-uns des plus remarquables spécialistes, amoureux, interprètes de Colette.