Grand-Père (transpositon sur l’air de L’Estaca)

Grand-Père et moi sur la rive
Nous avions souvent le cœur gros
Comment agir pour que survive
Le germe d’un monde nouveau ?

Moi je n’ai pas connu de guerre
Grand-Père n’en a connues que trop
Mais je vois partout la misère,
Et des morts dans tous les journaux.

Grand-Père dis-moi, dis-moi, raconte !
Comment t’as traversé tout ça ?
Je n’veux plus que tombent les bombes,
Que des enfants partent au combat.

Ah ! mon petit, longue est la route,
Ce sera pas toujours la fête,
Mais quand tu sens en toi le doute,
C’est le moment de tenir tête.

Ce matin, dans mon village,
J’ai rencontré un réfugié
L’effroi gravé sur le visage
Un triste espoir de liberté

Mon frère me dit qu’à la ville
Ils sont des cents, des milliers
A chercher chez nous un asile
Un ciel où se redéployer.

Grand-Père dis-moi, dis-moi, raconte !
Comment t’as traversé tout ça ?
Je ne veux plus de cette honte
Frontières fermées, hommes sans toit.

Ah ! mon petit, dans les médias
On vous ment et on vous abuse
Pour combattre tous ces magnats
Il vous faudra user de ruse.

Dans nos magasins nos boutiques
S’étale tant de luxe insolent
Et au malheureux qui claudique
Ne reste plus qu’à tirer son plan

Il y a ceux qui gagnent leur croûte
Ne trimant jamais en chantant
Et ceux qui crèvent dans la soute
Croyant que dehors c’est l’ printemps.

Grand-Père dis-moi, dis-moi, raconte !
Comment t’as traversé tout ça
Je n’veux plus de ce monde immonde
Qui s’accommode de parias.

Ah ! mon petit, ils vous font croire
Que le progrès c’est eux qui l’portent
Que ce qui compte, c’est d’avoir
Et d’mett’ l’étranger à la porte.

Moi, j’ai lutté de toute mon âme
Ce que tu sens, crie-le bien fort,
Prends le relais, porte la flamme !
Ensemble, nous serons plus forts.

Puis muser

Marianne Stasse

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !