Thierry Wertz

Oh ! Plus de courant
plus d’ordi ni de lumière
crayon et papier

Panne de courant
quoi ! Va falloir patienter ?
le haïdjin est content

Pas feutrés la nuit
craquements de l’escalier
ah, foutue vessie !

Averse d’automne -
des lèvres rouge carmin
entre les gouttes

Soleil de printemps
la chaise fume au soleil
Hammam à limaces

Quatre pattes en l’air
le chien dans le fauteuil rouge
allongé sur elle

Rayon de soleil -
les ancêtres tout sourire
accrochés au mur

Grisaille d’automne –
un serpentin de phares rouges
Colore la ville

Lendemain d’élection -
l’enfant dans la flaque d’eau
le bruit des bottes...

Automne pluvieux -
la Flandre noire reprend du poids
nouveau régime...?

Les fourmis s’affairent
la Terre tend l’oreille -
déjà l’automne !

Une feuille jaune
se pose sur le ruisseau
et s’évanouit...

Les nuages tourbillonnent
autour de la lune -
entre chien et loup

Sous la table en teck,
comme une ombre dans la neige...
abri pour le chien

Dernières gelées
dans les yeux du sans-abri
un croissant de lune

Brouillard orangé -
des ombres grattent le ciel
sous le smog de Chine

Dans la forêt blanche,
les voitures fumantes -
la ville approche

La lune entre dans ma chambre
la fauvette aussi
doux réveil-matin

L’ombre d’un oiseau
traverse la roseraie
qui s’en souviendra ?

Vent sur la cite -
le saule esseulé salue
le passant pressé

Rien que le silence
et la lune boucanée
entre chien et loup

Plus personne en vue
dans ma tasse de café
rien que de l’écume

Pas une éclaircie -
de tous les quidams pressés
un seul me regarde

Wall Street est inquiet
sous la barre des treize mille points -
nous deux sous la couette

Du matin au soir
papillon virevoltant
n’oublie pas de vivre !

Au soleil couchant
le magnolia rose et blanc
sur fond de ciel rose

Sur ta peau de pêche
la coccinelle
en ribote

Pour plaire aux barbus
la fillette dans le souk
s’est éparpillée

Le nez dans le verre
« humus, fougère et sous-bois »
oh, le verre est vide !

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !