Le taxi blanc, mercedes

Le grand taxi blanc c’est une Mercedes de six places.

Les voyageurs l’un après l`autre s`introduisent et dans le taxi deux personnes devant plus le chauffeur.

Je me suis installé derrière coté gauche fenêtre, à côté de moi trois femmes.
Une odeur se dégage dans le taxi de la menthe fraîche et du persil. 
Ma tête contre la vitre tiède, la portière couverte d’une garniture en cuir brun.

Tous le trajet j`avais fait la sourde et la muette pour ne pas parler et qu`on remarque pas mon accent étranger.

D’une ville à l’autre les voyageurs remplissent le taxi.

Parfois il faut attendre longtemps avant que le taxi se remplisse.

Il est 16 h 30 Je devais aller à Nador plus de cent kilomètre pour aller voir ma belle famille.

J`avais 35 ans, je devais me mettre sur mon meilleur jour pour aller voir ma belle famille, donc bien habillée avec des bijoux.

J’étais habillée de façon très discrète c’est à dire des habits locaux, un voile et djellaba et regard discret pour que normalement on ne voit pas que je viens d’un pays étranger. 

De Berkane, Zaio, à Nador, plus de cent kilomètres.

Mais à Zaio toutes les personnes descendent il faisait déjà nuit .

Je me trouvais seule dans le taxi. 

Le chauffeur de taxi

Le taximan : ne donnait pas très confiance, il me regardais dans le rétroviseur je faisais semblant de rien et il traînait sur la route.

Petit à petit je sentais une ambiance malsaine, le chauffeur de taxi se transformait en psychopathe petit à petit je ressentais l’agréssivité, et la méchanceté qui se dégageait de lui, il se préparait à un mauvais coup.

Toute jeune je n’avais jamais eu peur de personne, j’ai été dans le genre garçon manqué.

J`avais de la chance d’avoir appris de nombreuses techniques d’auto-défense qui me donnais de l’assurance et de la confiance en moi.

Je pratiquais aussi un sport d’auto-défense spécialement pour femmes.

Dans le sport on apprend à crier, et à se mettre en auto-défense, et le reste viens instinctivement.

J’avais de la chance d’avoir déjà pris en charge à l’hôpital des malades en psychiatrie.

Discussions extérieur nuit

Le taximan : Tout à coup il tourne sa voiture au bord de l’autoroute il descend de sons taxi.

Il était dans le genre grand ,robuste, gros, des joue bien gonflées regard malicieux des grands yeux noir, visage rond, cheveux noir et mal coiffé.

Il fait des pas devant la voiture. 

Le chauffeur : dit descend !

Malika : (Je me sens exposée au danger et pas très confiante en plein nuit et seule sur une route déserte, une odeur du bois brûlé.

Malika : dit d’un air autoritaire pourquoi je dois descendre.

Le taximan : Je suis en panne descend pour m’aider.

Malika : (pense il me prend pour une demeurée que je n’ai pas compris son jeu)                                ce n’est pas mon problème j’ai payé mon taxi débrouillez-vous ! .

Le taximan : d’un air autoritaire, Je vous dit de descendre ! descendez.!   

Malika : (Il faut que j’exploite tous ce qui est dans mes moyens pour qu’il renonce à ses intentions de pervers psychopathe et tueur en série) .

Du coup je met le verrouillage de la voiture, dit d’ un air autoritaire je ne descends pas vous m`avez bien compris !!!. 

Le taximan : lève le capot de la voiture pendant un moment.

Malika :( Pense que mijote t-il ?, je dois faire tout ce qui est dans mes moyens pour qu ’il n’abuse pas de moi )     

l faut que je lui fasse peur à ma façon.

Voix off extérieur nuit

Malika : (Je doit m’en sortir avec dignité de ce pervers)
Malika : (je ne dois pas perdre le contrôle de la situation)
Malika : Le déstabiliser en créant un effet de surprise.
 Le chauffeur de taxi : Alors ! Ma patience a des limites descend ! prendre le fer avec moi.
Malika : C`est pas mon problème c`est votre voiture ! j ai payé mon taxi !.
Malika : Très en colère et dit vous savez que lorsque j’avais prix le taxi, c’est mon beau frère qui m’a mis dans le taxi.
Le taximan Surpris de ce que je lui dit.
Malika : mon beau frère il a écrit votre numéro de taxi je vous préviens qu’ il est bourgmestre de la ville de Berkane !
Le taximan : son état mentale varie il commence à bégayer entre ses dents .
Malika S’il téléphone à la famille et je n’ arrive pas à Nador il va le signaler à la gendarmerie il vont venir sur la route.
Le taximan : Commence à prendre peur et se calme...
Malika : Débrouillez vous pour me trouver un autre taxi moi je vous ai payé mon déplacement c’est vous de faire le reste

Malika : Je raconterai tout, à la gendarmerie ce que vous me faite subir vous m’avez compris !
Le taximan : S’éloigne et se met sur l’ autoroute et arrête un autre taxi .
Le taximan : explique qu`il ne peut pas aller plus loin et donne des consignes de me conduire à Nador et que je suis une personne importante et qu`on m`attend à Nador.
Enfin je suis bien arrivé à bonne destination saine et sauve !.
Trois moi plus tard je suis retournée au Maroc.
On m’a raconté une histoire d’un chauffeur de taxi psychopathe et tueur en série qui a été démasqué par un jeune couple et c’était le même mode opératoire et pire que ce qui m’est arrivé. Il a été mis en prison. 
Je vous souhaite simplement de ne jamais avoir à rencontrer un psychopathe et tueur en série.

Malika Aziz

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !