Patricia Balletti

St Gilles étonne... encore et toujours... des nationalités bruxelloises qui étonnent... encore... toujours... romantique ou lasse fatiguée par tant de poids de mots ecorchés vifs à l’usure des chaussures que la rue de Rome est chargée de réparer... réparer... recoudre... rapiécer tant et tant d’encore et de toujours les St Gillois doivent d’étonner de détonner détonation nationalité naturalisé et la risée toute entière me soulève le derrière avec une magnifique présence de mon coeur léger pas en pierre de taille de celles des monuments glorieux que Gloria a dessinés dans son carnet d’école buissonnière, non... encore et toujours cette volonté d’étonner de traduire de crier avec moult force et forge d’acier trempé comme ce délicieux biscuits au chocolat au lait reçu ce jour, ce mémorable 7 février 2015 à St Gilles rue de Rome !

***

Texte coécrit avec Leslie Doumerc :

Rue de la Filature sur la gouttière du numéro 19, une petite annonce : Avez vous vu ce chat ? Il n’y a pas que les chats qui disparaissent rue de la Filature, les marins qui croyaient trouver bon port aussi. D’ailleurs il n’y a personnes sur les balcons à part une chaise courageuse. Au 3ième étage du numéro 21 une fenêtre condamnée par du papier journal attire l’attention, c’est ici qu’il se cache le roi de la rue. Il communique avec le monde extérieur à l’aide d’une parabole reliée au magasin informatique, qui communique lui même avec le KGB situé à l’autre bout de la rue au numéro 25A. Le temps file trop vite rue de la Filature et c’est suspect. Nous appelons le 0486 23 39 74. Peut être nous mettra-t-il sur la piste du jeune homme peu vêtu à l’air guerrier...

***

Texte coécrit avec Laurence Kahn :

Au parc Paulus.
Une vieille dame assise sur un banc pour reprendre son souffle et une vieille oie.

La vieille dame : T’as pas facile non plus toi, hein ma vieille ? T’es toute seule toi aussi ? Et t’as pas l’air plus jeune que moi.

L’oie : M’en parle pas ! La vieillesse c’est que des emmerdes !

V.D. : Tu l’as dit ! J’ai voulu aller chez le coiffeur pour me donner un air plus jeune avec des cheveux rouges et...

Oie : Et c’est raté ! Je le vois bien !

V.D. : Merde alors, même les oies me trouvent moche et bizarre.

Oie : Tu comptes rester comme ça sans réagir ? Leur laisser croire qu’ils peuvent tout se permettre ? Le troisième âge a aussi sa dignité, merde !

V.D. : Regarde, j’ai une bombe. Mais je ne sais pas m’en servir.

Oie : J’ai déjà vu faire des gamins du quartier. Si tu me glisses dans ton cabas, je te guiderai. Et t’en rajouteras une couche pour moi aussi. Tu comptes écrire quoi ?

V.D. : On improvisera quand on sera devant la vitrine de ce salaud de coiffeur.

Oie : On écrit "salaud" ?

V.D. : Et "on aura ta peau" !

Oie : Qu’est-ce qu’on signe ?

V.D et l’oie : Les deux vieilles en colère !!

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !