Hélène Hocquet

Réveillez-vous. Réveillez-nous.
Y’a pas besoin de jouer à être un charlot. Nous sommes nous, juste nous. Juste VOUS.
Refusons de succomber à la peur et à l’émotion. Retrouvons la raison.
Allez qu’on se remonte une bonne fois pour toute les bretelles
Et qu’on arrête de laisser jouer à la marelle : les charognards, les vautours, les usurpateurs, les conspirateurs, leurs confrères et consœurs.
Stoppons la propagation de la puanteur.
Celle qui macère sur les réseaux sociaux et se développe tel un champignon.
Soyons des emmerdeurs. Ce n’est pas l’heure de la résignation.
Le 28 janvier, le Collectif Anonyme qui a réalisé en décembre l’expulsion symbolique de la crèche à la Grand-Place est poursuivi pour « s’être livré sur l’espace public à des activités dangereuses pouvant menacer la sécurité publique ».
La menace pour la sécurité publique se résume à :
une banderole « Nique les Pauvres » écriture jaune sur fond noir,
2 femmes costumées en policier,
3 mannequins en plastique usurpant l’identité de Jésus, Marie, Joseph,
5 mètres parcourus.
Dans un communiqué ce collectif déclare : la violence de l’état est la seule légitime.
Je m’incline, je me soumets à cet état de fait. L’état est là, il veille au grain. En bon père de famille, il pense pour moi, pour nous, pour vous.
Mais j’ai l’impression qu’il est un peu comme mon grand-père. Il vieillit mal… mon grand-père. Il confond des choses, ne distingue plus vraiment la réalité, encore moins qui est qui.
Alors je m’interroge.
Pourquoi la grande et belle famille Europe vit-elle cette dégénérescence ?
Reste-t-il encore - quelque part - une étincelle des lumières ?
Les esprits éclairés à la bougie, est-ce la faute des délestages et des pénuries d’énergie ? Des centrales nucléaires fissurées ?
En Italie, un écrivain qui soutient les opposants au projet de TGV Lyon-Turin risque 5 ans de prison pour avoir déclaré dans une ITW « il faut saboter le TGV ».
Erri De Luca est accusé d’incitation à commettre un délit.
On ne rigole pas avec les incitateurs, les agitateurs, les saboteurs. Qu’importe leurs raisons. Faisons la chasse aux sorcières. Poursuivons les hérétiques. Envoyons un écrivain en prison.
De toute façon à 64 ans, il doit être un peu sénile ce bonhomme puisqu’il déclare "Je suis assez ancien pour me foutre complètement de passer du temps en prison".

Je pense qu’il est temps d’avoir des convictions.
Il est temps de se regarder dans une glace et de se dire :
Allez petit mouton, réveille-toi là !
Ne reste pas comme ça, voyons !
Montre-toi et bêle un peu. Bêle.
Bêle comme tu n’as jamais bêlé.
L’herbe ici n’est pas aussi verte qu’elle veut le paraître.
Alors ne mâche pas ça, ne digère pas.
Ne marche pas avec ceux qui aimeraient te conduire à l’abattoir.
Ne mange pas dans cette main qui se veut bienveillante. Et n’attends pas demain.
Allez, belle bête : Bêle et sois rebelle.
Accroche bien ton cœur et ta ceinture.
Et pars à contre sens sur l’autoroute de l’usure et de l’autocensure 
N’aie pas peur, viens, sors du troupeau
Montre-moi ta peau, ta vraie peau
Celle qui respire, celle qui transpire, celle qu’on écorche

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !