No women’s land : du récit journalistique à la scène Avec Camilla Panhard et la cie C.R.E.A.

• Mercredi 26 avril à 19h30

De 2010 à 2015, la journaliste Camilla PANHARD a enquêté sur les femmes migrantes centraméricaines qui disparaissent sans laisser de trace. Elle a partagé la vie de ces femmes dans une Amérique dont on ne parle pas, un lieu parsemé de régions où la vie ne vaut rien.
Hypnotisée par la terreur qu’elle a côtoyé pendant son enquête, Camilla Panhard a décidé de documenter cette guerre masquée dans un récit journalistique afin d’apporter une réponse personnelle à ce drame.
En 2016 la Compagnie C.R.E.A. contacte la journaliste avec le projet de porter No Women’s land à la scène. De raconter l’histoire d’une journaliste qui cherche a donner du sens là où il n’y en a pas, qui cherche à faire quelque chose là où toutes les portes médiatiques et politiques semblent fermées.

Luca FRANCESCHI, metteur en scène et auteur italien, après avoir adapté et mis en scène Le quatrième mur de Sorj Chalandon, joué dans toute l’Europe, s’attaque à l’adaptation et à la mise en scène de No Women’s land.
Le vidéaste mexicain Jesus Garces LAMBERT, dont le dernier documentaire The thin green line a été réalisé à la frontière mexicaine, et la comédienne Carole VENTURA sont étroitement associés au projet.

Cette rencontre publique entre l’auteure et les artistes de la cie C.R.E.A.* nous donne
l’opportunité de découvrir et questionner le étapes du travail d’adaptation du livre à la
scène autour d’un projet de création engagé.

C.R.E.A.* : Centre de résidences et d’expressions artistiques nouvellement installé au 96 rue de la Victoire à Saint-Gilles.

www.creabxl.org

Entrée libre.

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !